Presse

Shirley Brill fait partie des artistes les plus accomplis de notre temps... Elle dispose d'un son magnifique, d'une sensible musicalité et d'une compréhension profonde de structure musicale.
Daniel Barenboim

Nouvel album: Prokofiev & Françaix
Shirley Brill, première soliste du Divan Occidental Oriental de Daniel Barenboim, fait partie du gotha clarinettistique international. La qualité du son, la subtilité de la conduite mélancolique sont au-dessus de tout éloge.
Classica – Juin 2012

Nouvel album: Prokofiev & Françaix
Avec une technique parfaite et une portion supplémentaire de plaisir du jeu, elle parvient à ne jamais faire monter même pas une idée d’ennui.
WDR 3 TonArt, 04.05.2012

C’est à cette Schubertiade qu’on entendit également la soliste Shirley Brill, qui sut briller dans deux des oeuvres données avec sa technique stupéfiante et son air sympathique. Avec un son plein de mystère, elle fit entendre avec l’orchestre la magnifique „Sinfonietta“ de Krszysztof Penderecki, que le compositeur écrivit en 1994, après une phase avant-gardiste. [...] C’est lors de la deuxième pièce solo, le quintette pour clarinette de Carl Maria von Weber dans une version pour orchestre à cordes, que Shirley Brill démontra de manière captivante sa technique dont apparemment elle disponse sans peine.
Neue – 24 Avril 2012

Nouvel album: Prokofiev & Françaix
Du plaisir du jeu, juvénile et débordant, et une maîtrise parfaite de son instrument – voici les ingrédients qui font que cet album est un vrai plaisir d’écouter – en plus de la merveilleuse musique  de Jean Françaix, bien entendu.
HR2-Kultur, 27.03.2012

Nouvel album: Françaix & Prokofiev

Shirley Brill possède simplement une expressivité captivante!
NDR Kultur, 08.03.2012

Mozart Klarinettenkonzert mit den Hamburger Symphonikern / Jeffrey Tate
"La découverte de la soirée fut certainement l'excellente clarinettiste Shirley Brill."
“Hamburger Abendblatt", 04.08.2011 – Ilja Stephan

Changeant d’un instrument à l’autre (trois au total !) et démontrant sa couleur de son remaquablement délicate que l’on a souvent acclamé comme „son de velour“ Shirley Brill a capturé le cœur du public Japonnais.
 “The Clarinet” Magazine, Vol. 38, Mars 2011

C'est une clarinettiste comme elle que nous avons tous tant attendue.
“Ongaku-No-Tomo” Magazine, Mars 2011 – Shinichi Yamada

La clarinette en buis de Shirley Brill a hypnotisé le public entier avec à son unique qualité de son qu’elle atteint grâce à l’engagement entier de son corps.
“Brass tribe” Magazine, Vol. 19, Mars 2011 – Marie Kobayashi 

Maintenant on sait que chaque mouvement actif, qu’elle fait pendant sa prestation, est doté d’une certaine signification et intention musicales.
“Brass tribe” Magazine, Vol. 19, Mars 2011 – Marie Kobayashi

Si au Théâtre de Choire on lance autant de „Bravo“ vers le plateau, alors non seulement cela est très rare, mais surtout un indice pour quelque chose de vraiment extraordinaire. La prestation de la soliste Shirley Brill avait simplement enthousiasmée.
Bündner Tagblatt, 19.05.2011

Shirley Brill - Comme une apparition irradiante
La clarinettiste israélienne Shirley Brill envoûta le public... Avec le langage de son instrument, Brill mena un dialogue – avec les musiciens d’une part, d’autre part avec le public.
Westdeutsche Allgemeine Zeitung, 17.04.2011 – Florian Bickmeyer

Dès les premières mesures, l’on sentait une harmonie spéciale entre soliste et l’orchestre. Il est rare d’entendre un pianissimo aussi délicatement soufflé, comme c’était le cas chez Shirley Brill dans le deuxième mouvement de l’Adagio de Finzi...
Westdeutsche Allgemeine Zeitung, 14.04.2011 – Peter Schröder

La soliste était de premier choix: à travers sa virtuosité tout à fait brillante, l’ israélienne Shirley Brill atteint une grande ligne chantante qui enivre. Le public se montra enthousiaste.
Rheinzeitung, 13.04.2011 – Bernd Aulich

Le raffinement musical comme valeur sûre...
Venue rejoindre le quatuor Galatea pour le «Quintette pour clarinette et cordes en la majeur» de Wolfgang Amadeus Mozart, la clarinettiste Shirley Brill privilégie les demi-teintes tendres et les sonorités doucement chaleureuses. Dialoguant en souplesse avec le quatuor, elle s’y intègre parfaitement. Les variations du dernier mouvement offrent au quintette l’occasion de développer un arc-en-ciel de climats, de la tonalité méditative de l’épisode mineur au tourbillon presque endiablé des ultimes mesures.
La Liberté, 12.03. 2011 – Daniel Fattore

Chaque note un événement. La Neue Philharmonie Westfalen amène à Marktoberdorf une clarinettiste brillante: l’israélienne Shirley Brill... Sur le plateau, une artiste exceptionnelle - l’israélienne Shirley Brill! Chacune de ses entrées formaient un spectacle à soi, suivies par un public totalement hors souffle. Quels pianissimi si légèrement soufflés, quelle technique accomplie et quelle interprétation grandiose! Le public frémit d’enthousiasme à la fin du concert: un bis était incontournable...
Allgäuer Zeitung, 02.02.2011 – Peter Steinbach

Sonorité claire et transparentes, cordes ciselées, timbales bondissantes : le chef allemand offre un écrin aéré à Shirley Brill. Cette jeune clarinettiste israélienne déploie un souffle extraordinairement ample, nuancé et sensuel dans le Premier Concerto de Weber - et dire qu'elle n'a remporté qu'un Deuxième Prix !
(ndlr : il n’y a pas eu de premier prix désigné cette année-là)
Le Temps 21.05.2008 – Julian Sykes

Shirley Brill explose…tout simplement par son envie de communication avec son public. Il est spectaculaire d’observer, comme la jeune Israélienne, façonne les lignes mélodiques dans le 1er concerto pour clarinette de Weber, son jeu s’animant d’une belle ardeur d’interprétation et d’un long souffle.
Berliner Tagesspiegel

Grandiose, voilà comment décrire sa maîtrise de la large palette d’expressions de son instrument. Une aisance légère et ludique, puissante et dynamique. Elle enflamme le public par sa virtuosité qui explose à la manière d’un feu d’artifice. Le public a exprimé son ravissement par de longs applaudissements et des Bravi hauts et forts.
Frankfurter Neue Presse

« Mademoiselle Clarinette » – voilà le nom qu’avait donné Johannes Brahms au clarinettiste Richard Mühlfeld, totalement envoûté par charme du son - beau et chaud - de ce dernier. Shirley Brill est elle aussi la « Mademoiselle Clarinette » moderne avec un son tout aussi beau. ...Après avoir écouté le clarinettiste Mühlfeld, Brahms renonça à l’idée d’abandonner la composition. Il aurait certainement agit de la même manière à l’écoute de Shirley Brill ! 
Südkurier - Jürgen Scharf


Brill a charmé dans Berg par une fabuleuse richesse de couleurs sonores et par de grandes nuances pleines de dynamisme; dans la “Fantaisie-Carmen“ elle a séduit aussi bien par son intuition quant au sens du rythme que par sa magistrale virtuosité.
General Anzeiger Bonn -  Mathias Nofze

Sans vouloir déprécier la performance de l’Orchestre de chambre – c’est la clarinettiste solo, Shirley Brill, qui leur a évidemment volé la vedette. Née en Israël en 1982, elle a su charmer le public, en se révélant communicative et décontractée – au bout de quelques mesures, les auditeurs étaient déjà conquis.
Frankfurter Neue Presse

Follow me

Musique

Flash 9 (ou plus récent) est requis
Téléchargez et installez Flash Player



Vidéos